En suivant, je vous fais partager l’univers se cachant derrière le jeu de cartes sur lequel je travaille. Si je devais le décrire en quelques mots, je choisirais les suivants : Des monstres, des néons et de la survie. J’ai passé pas mal de temps à créer les règles mais elles nécessitent encore beaucoup de corrections. Pour le faire tester dans de meilleures conditions, je me suis rapidement occupé des illustrations de cartes et des pions.

L’histoire suivante vous permettra d’apprécier le style de dessin que j’ai utilisé pour illustrer le projet. Il ne s’agit pour le moment que de speed painting mais l’idée est là !

J’espère que cette première histoire et les illustrations qui l’accompagnent vous plairont. Je ne peux pas encore trop en dire sur le jeu !

Le monde des animaux néon

Atterrissage sur la planète Néon

illustration atterrisage navette sur planete neon
Atterrissage de la navette sur planète neon

Il est 5h30 heure terrestre, le vaisseau Balbutia s’est posé en toute sécurité sur la planète JJ-45-B ou comme Jackson l’a baptisé : la planète néon.
Tout le monde a bord se porte bien. Nous entamons l’exploration de la région.

Analyse et illustration des êtres vivants

A 5h45, madame Sépia a déjà récupéré des échantillon d’une bonne centaine d’organismes vivants. Le professeur Jacob note des détails sur l’anatomie des plantes et dessine consciencieusement le moindre détail visible sur ses sujets. Il fait surement cela en hommage aux pratiques des scientifiques d’un autre siècle.

La nuit tombe et la nature brille de milles feux

La nuit, tous les plantes s'illuminent
La nuit, tous les plantes s’illuminent d’une lueur colorée. La bioluminescence est reine sur la planète néon.

La nuit tombe et s’accompagne de vives lumières. En regardant les forêts, on a l’impression de voir une ville dont les néons bougent au grès du vent. Le dernier rayon de soleil disparu sous l’horizon, il ne reste maintenant que des champs de lumière fantastiques. C’est à ce moment que les bêtes ont commencé à sortir.
Nous avons eu bien du mal à les distinguer des plantes environnantes. Toutes les espèces, de l’insecte à l’oiseau en passant par le gros mammifère se parent des mêmes atours que leur environnement. La nuit, leur corps disparaît au profit de lumières aveuglantes rouges, vertes, bleus,violettes ou jaune. Toutes les couleur du spectre y passe.
La lumière s’échappe d’étranges appendices ou de rayures comme celles qu’on trouve sur les tigres ou les zèbres terrestres (que leur souvenir reste en mémoire R.I.P). Madame Sépia récupère quelques spécimens et retourne à la navette. De notre coté, nous continuons nos observation.

L’hivers approche.

Nous percevons depuis notre arrivée une nette baisse de température dans l’atmosphère. Vis à vis de la position dans la planète autour de son soleil, il semble que nous sommes en train d’entrer dans une période hivernale.
Les données recueillies par Charles Vanns et madame Sépia sont inquiétant et confirment nos appréhensions. Nous entrerons au cœur de l’hiver dans quelques mois seulement.

Premier contact avec la bête

la bete mange le cadavre de madame Sepia
Une bête énorme dévore sa dernière victime.

C’est une catastrophe ! En allant chercher de nouvelles données, madame Sépia et Charles Vanns sont tombés nez à nez avec une bête énorme à mis chemin entre le loup et le sanglier. Ils se sont enfuis aussi rapidement que le permettait leur combinaison mais la bête a réussi a mettre ses pattes sur madame Sepia et l’a tué. Pour brouiller sa piste, Charles Vanns a fuit dans la forêt. On ne sait pas s’il est encore en vie.
Jackson est arrivé trop tard sur la scène et est rentré au campement pour faire son compte rendu. Nous pleureront nos morts plus tard, ils faut qu’on se défende.

Des animaux chasseurs et des animaux traqués

Nous avons retrouvé le cadavre de Charles Vanns ce matin, déchiqueté. Les restes de son corps étaient entourés de traces d’animaux sauvages. Certaines traces s’apparentent à celles trouvées autour du cadavre de madame Sepia. Il y en a pleins, des petites, des moyennes et une énorme, au moins de la taille d’un crane. Ces bêtes peuvent devenir si grosses ?
Des traces plus récentes nous laissent suspecter quelque chose d’encore plus gros qui aurait prit en chasse nos assaillant. Jackson ne se sent pas rassuré et veut rentrer à la base. Je refuse. Quitte à être parti si loin, nous allons poursuivre notre mission d’observation. Je dois voir cette meute de mes propres yeux et savoir qui sont les chasseurs et qui sont les traqués.

L’hiver s’installe sur la planète néon

personnage admire neige qui tombe sur la planete neon
Le héros admire la neige tombant sur la planète néon.


Jackson a profité de la nuit pour s’enfuir. Il m’a laissé un mot “Je suis désolé. Je rentre à la base. Rejoignez moi si vous voulez vivre.”
Seul, il serait suicidaire d’aller plus en avant. Je suis donc son idée. Je ne m’étonne qu’à moitié lorsque je rencontre son cadavre. Être seul dans cette jungle interstellaire s’apparente à un suicide si j’en crois l’expérience de mon ami. Il me faut faire preuve d’énormément de discrétion et me préparer.

Avant de quitter la scène de meurtre, je poursuis tout de même mon rôle de scientifique. Je note chaque détail notamment la taille énorme de toutes les traces des animaux présentes sur place. Ces bêtes grossissent à vu d’œil. Je pense qu’à l’image d’un ours ou d’un écureuil, elles se gavent avant que l’hiver n’arrive. Et il fait déjà terriblement froid. Je n’ose pas imaginer la taille qu’elles feront lorsque l’hiver sera installé.

Rejoignez Mefisheye sur les réseaux sociaux

One thought on “L’univers de mon jeu de cartes illustré”

N'hésitez pas à donner votre avis :

Je vous donne la parole et vous donne des clés pour réussir vos défis dessin.

Le chemin pour devenir illustrateur professionnel est semé d’embuches. Motivation, problèmes d’organisation, connaissances ! Tout cela manque un jour ou l’autre lorsqu’on ambitionne de faire un bon dessin.