magical girls faisant évoluer leur style de dessin

Le style de dessin inspiré des jeux de cartes

Fut une époque où j’admirais grandement les artistes d’arenanet (Guildwars) et les illustrateurs de cartes Magic the gathering. Naturellement, mon style se dessin s’est dirigé vers des personnages aux proportions plus réalistes et des illustrations plus complexes.

A cette époque, je suis un entrainement rigoureux pour apprendre à mieux contrôler les contrastes dans mes images. En parallèle je comprends enfin comment dessiner des textures et je m’intéresse sérieusement à la narration.

Académisme et brosses texturées

Je me suis ensuite intéressé au travail de Simon Stalenhag dont j’ai présenté le travail dans un article précédent. Cela m’aide grandement à développer un style de dessin numérique plus académique. Ainsi, je ne travaille désormais qu’avec une ou deux brosses texturées sans jeu d’opacité.

L’encrage en clair-obscure

Je découvre le travail de Mike Mignola, un artiste qui simplifie grandement les textures et privilégie un encrage avec de grandes masses de noir (clair-obscur). Son style de dessin s’adapte volontiers aux univers fantastiques sombres et dérangeants.

L’esprit de synthèse

Depuis quelques temps, guidé par des impératifs professionnels et un goût prononcé pour les illustrations de presse (comme celles illustrées par le génialissime Owen Davey et l’impressionnante Olly Moss), mon style de dessin est devenu très synthétique et mes outils numériques ont radicalement changé.

Vous pouvez réalisez le même exercice en regardant l’historique de vos créations. Observez-vous des chiismes important ? Serez-vous capables d’identifier l’origine de votre inspiration ?

Rejoignez Mefisheye sur les réseaux sociaux

3 thoughts on “je crée : l’évolution de mon style de dessin”

  1. Merci Florian !
    Je viens de parcourir tes quatre articles dédiés au style de dessin, et je te remercie d’avoir creusé ce sujet !
    Je ne suis pas encore bien avancé pour savoir “quel est mon style”, mais j’ai maintenant grace à toi des outils d’analyse, qui vont me permettre de me replonger dans mes dessins et d’en extraire l’essence.
    Un grand merci.

  2. Très interessant à lire. Et regardé un peu mon travail ensuite. Je n’ai aps réellement de chiisme dans le temps mais plutot entre les medium que j’utilise. C’est marrant, et rassurant aussi. Je me demandais si on voyait un peu ma patte dans ce que ej fesait meme si je changeais de style. Et en fait d’une aprt oui, mais d’autre part j’ai l’impression que cette histoire “d’avoir son propre style” c’est subjectif, et n’a pas réeelement d’impact

    1. Je me demande si c’est pas juste une manière pour que les autres te reconnaissent plus facilement. En allant sur artstation, j’en reconnais certains soit par leur manière de peindre, soit par leur choix de couleurs, soit par les sujets qu’ils abordent. Tout le reste se noie complètement dans le moule. C’est pas grave franchement.
      Je sais pas si ca te le fait mais j’arrive pas du tout à avoir la même approche en tradi et en numérique. J’en vois certains comme jonathan edwards qui font ça naturellement par contre.

N'hésitez pas à donner votre avis :

Je vous donne la parole et vous donne des clés pour réussir vos défis dessin.

Le chemin pour devenir illustrateur professionnel est semé d’embuches. Motivation, problèmes d’organisation, connaissances ! Tout cela manque un jour ou l’autre lorsqu’on ambitionne de faire un bon dessin.